Parfum exotique : mon invitation au voyage à la Martinique

« Je suis né dans une île amoureuse du vent
Où l’air a des senteurs de sucre et de vanille
Et que berce au soleil du tropique mouvant
Le flot tiède et bleu de la mer des Antilles. » (Daniel Thaly, 1879-1950, « L’île lointaine »)
« Les ignames dans le sol marchent à grands pas de trouées d’étoiles » (Aimé Césaire (1913-2008), « Tam tam II », Les Armes miraculeuses)

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAhhh La Martinique… Il suffit d’en parler et me voilà plongée dans une douce rêverie mêlant soleil, palmiers, frangipaniers, ananas, tortues marines, épices, poulet boukané, rhum planteur…  Oui, c’est vrai, une image de la Martinique demeure, celle d’une « île aux fleurs » ou d’une île verte où il fait bon vivre, où les « senteurs de vanille » mêlées aux odeurs florales et sucrées nous transportent dans un rêve exotique. Image d’Epinal or not ? Farniente, soleil, cuisine créole, randonnées près de la Montagne Pelée, plongée et snorkeling : activités uniques d’un séjour à la Martinique ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERALes traces d’un lourd passé lié à l’esclavage restent présentes sur l’île verte. En effet, de nombreux témoignages historiques sont visibles un peu partout sur l’île qu’il s’agisse de la Savane des esclaves, de la maison du bagnard, du mémorial de l’Anse Caffard ou des hommages à Aimé Césaire, célèbre poète de la négritude originaire de la Martinique. C’est pourquoi, si la Martinique a comblé nos attentes tropicales (eaux cristallines du Cap Chevalier et des fonds blancs, superbes sites de snorkeling aux Anses d’Arlet avec possibilité de nager avec les tortues, quelques cascades et des jardins botaniques magnifiques au nord de l’île), nous avons aussi découvert la Martinique sous un autre jour en visitant certains sites culturels. Ce que nous avons un peu moins aimé, les moustiques et le virus Zika (puisque nous avons réussi à attraper ce fameux virus!). Nous gardons néanmoins un très bon souvenir de notre séjour à Madinina, un séjour en famille pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Je me propose donc de vous livrer nos impressions sur cette perle des Antilles sachant que nous avons posé nos valises à Grande Anse (Anses d’Arlet).

Que faire en Martinique pendant 15 jours ?

  1. Faire du snorkeling et de la plongée (Anses d’Arlet, Anse Noire, Anse Dufour)

C’est vraiment L’ACTIVITE à ne pas manquer à la Martinique notamment à Grande Anse (Anses d’Arlet). S’il existe des fonds marins beaucoup plus riches dans les Caraïbes, la Martinique offre tout de même de belles possibilités en snorkeling. Après deux baptêmes de plongée effectués respectivement au Marin et à Grande Anse (j’y reviendrai), j’ai vu beaucoup plus de poissons en snorkeling près des rochers sur la plage de Grande Anse (juste après le bar-restaurant Ti Sable) : poissons tropicaux (jolis poissons-trompettes, poissons-coffres, chirurgiens notamment), coraux colorés et de nombreuses tortues (tous les matins). Nager avec des tortues restera, pour moi, un souvenir magique.

Sur les tortues, je renvoie à mon article intitulé Nager avec des tortues, une expérience magique…

Quelques images de mes tortues martiniquaises sur YouTube

Pour les enfants, il est très facile de s’adonner au snorkeling sur la plage de Grande Anse puisque mon fils de 6 ans y a observé ses premiers poissons tropicaux (il suffit juste de s’entraîner à mettre le masque et à respirer dans le tuba).

2016-04-08_15-25-11Ce voyage à la Martinique a été également l’occasion de tester la plongée. Beaucoup d’appréhension lors de cette première expérience réalisée en duo avec ma soeur. Nous avions décidé de tenter l’expérience au Marin (Le Marin Plongée) puisque le club de plongée offre quelques photos-souvenirs (on se disait qu’on pourrait garder quelques clichés de notre premier baptême de plongée en duo). Après réflexion, c’était une mauvaise idée : les fonds marins les plus beaux de la Martinique se trouvent aux Anses d’Arlet (juste devant notre location, pas utile de faire 30 minutes de route pour voir des fonds moins beaux). De plus, comme plusieurs plongeurs avaient annulé à la dernière minute, nous avons été accueillies assez froidement par l’un des moniteurs qui possède un sens de l’humour assez douteux. Notre première plongée n’a pas été réalisée dans de bonnes conditions (plongée près d’un chenal et peu de pédagogie alors que nous étions assez stressées). Après cette expérience très mitigée, nous ne voulions pas rester sur un échec : deuxième baptême de plongée chez Alpha plongée (Anses d’Arlet) : des moniteurs pédagogues et sympathiques qui nous ont mis immédiatement en confiance. Pourtant, je reste sur ma première impression : j’ai vu beaucoup plus de choses en snorkeling qu’en plongée.

2. Grande Anse et Anses d’Arlet

Si Grande Anse se présente comme une longue plage de sable doré et bordé de cocotiers avec ses petites maisons et ses restaurants « les pieds dans l’eau », elle constitue le lieu idéal pour la plongée en apnée (près des rochers à côté du bar-restaurant Ti Sable). Nous avions d’ailleurs loué un grand appartement à Grande Anse afin de profiter des fonds marins (tous les jours) et d’une magnifique vue sur la mer (location : La Limena). Quant aux Anses d’Arlet, il s’agit d’un village de pêcheurs qui a su garder son caractère authentique : petite plage avec des barques colorées et village assez animé (avec son petit marché – il faut absolument aller voir José, le maraîcher! – et ses pêcheurs qui vendent du poisson presque tous les matins). L’authenticité se paie cependant (la commune a mis en place une taxe de séjour que nous avons dû régler à notre arrivée).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue (randonnée Morne Champagne)

Il est également possible de faire une petite randonnée aux Anses d’Arlet : il s’agit du Morne Champagne (1h30 AR, accès par la route bétonnée qui démarre sur la RD 7). Un sentier grimpe vers le Morne Champagne. On rencontre des laves noirâtres et on jouit d’une belle vue sur Grande Anse (retour par le même chemin ou par le bourg des Anses d’Arlet).

3. Balade au Diamant : de la maison du bagnard à l’Anse Caffard

OLYMPUS DIGITAL CAMERAImpossible de se rendre à la Martinique sans aller voir le célèbre rocher du Diamant qui fut un ancien abri de pirate et un point fortifié pendant les combats entre Français et Anglais dans les Caraïbes. Ce nom aurait été inspiré par ses formes anguleuses qui rappellent la pierre précieuse. Aujourd’hui, le rocher est surtout admiré de loin lors de couchers de soleil « romantiques » (les plongeurs s’y rendent également pour la faune marine) et apparaît comme l’un des symboles de la Martinique avec la Montagne Pelée ou la Baignoire de Joséphine. La ville du Diamant possède également de nombreux sites culturels à visiter : de notre côté, nous avons privilégié la Maison du bagnard (malheureusement détériorée par des « casseurs » lors de notre visite), le Mémorial de l’Anse Caffard ainsi que la promenade Aimé Césaire.

Pour info, la Maison du bagnard doit son nom à son constructeur Médard Aribot surnommé « le bagnard » car il avait passé 25 ans au bagne de Cayenne. Après sa sortie, cet artiste s’installa au Diamant et vécut de ses oeuvres et créations. Quant au Mémorial de l’Anse Caffard, une visite incontournable – selon moi – pour prendre conscience du passé de l’île. Ce mémorial a été réalisé à l’occasion du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage car c’est à cet endroit qu’un navire négrier clandestin jeta l’ancre en 1830. Ce dernier fut victime d’une houle d’une extrême violence et se brisa contre les récifs. Un site qui fait vraiment réfléchir…

4. Une journée à l’Anse Michel (Cap Chevalier) : la carte postale existe vraiment!

Nous avons particulièrement apprécié notre journée à l’Anse Michel (Cap Chevalier) : lagon aux eaux cristallines et plage paradisiaque (idéale pour les enfants). Une des plus belles plages de la Martinique (selon nous) et une vraie carte postale! Nous avons également déjeuné « les pieds dans l’eau » (sous les palmiers) au restaurant de plage « Le Cocotier » (dégustation d’acras, de jus de fruits frais et autres spécialités créoles) : TOP!  Cette magnifique plage est un lieu très prisé par les familles le week-end (il vaut mieux privilégier une balade en semaine).

5. Une journée dans le Nord de l’île : la Martinique, une véritable île verte

La découverte du nord de l’île fait partie de nos plus beaux souvenirs de la Martinique. Pour cette visite, il a fallu prendre la route tôt le matin en direction des jardins de Balata mais avons finalement renoncé à visiter ce jardin (un peu cher selon nous, 13.50 euros/ personne) et le domaine d’Emeraude nous avait été conseillé par un collègue martiniquais de Nicolas. Nous avons pris la route de la Trace (ouverte par les jésuites au XVIIIème siècle), l’une des plus sauvages de l’île. Après une petite halte à l’église du Sacré-Coeur (qui offre une belle vue sur la baie de Fort de France), nous nous sommes dirigés vers la cascade du Saut Gendarme (route D1 en direction de Fonds Saint-Denis) : une jolie cascade de 10 mètres où l’on peut se rafraîchir et déjeuner (petite aire de pique-nique). Même si nous avons vu des cascades beaucoup plus impressionnantes à Hawaii et à la Réunion, nous avons apprécié cette immersion dans la forêt tropicale. Nous aurions aimé aller jusqu’à l’Anse Couleuvre pour voir une autre cascade haute de 120 mètres mais l’accès est assez compliqué (il faut un 4×4 pour aller jusqu’au parking situé près du Prêcheur, puis faire 1h15 de marche) ; ce sera donc pour une prochaine fois. Après cette balade, nous avons déjeuné près du Morne Rouge dans un excellent restaurant (« La Chaudière ») où nous avons dégusté des spécialités créoles (voir photos).

L’après-midi a été consacrée au domaine d’Emeraude situé au Morne Rouge (6 euros/adulte) : conçu par le Parc Naturel régional de la Martinique, ce parc permet de découvrir la végétation tropicale à travers plusieurs balades fléchées et comporte un pavillon d’exploration de la nature (très pédagogique) qui permet de découvrir l’histoire naturelle de la Martinique (végétation, formation des sols, fruits et légumes, mangrove, animaux…). De plus, le paysage naturel de l’île est présenté aux côtés de citations, proverbes et autres poésies régionales.

 6. Les fonds blancs avec Ty domino

S’il est une sortie incontournable à la Martinique, c’est bien l’exploration des fonds blancs à l’est de l’île au départ du François ou du Robert. Il s’agit de remontées de sable au milieu de l’eau qui font que l’on a pied en pleine mer. On cite souvent la baignoire de Joséphine (située entre les îlets Thierry et Oscar) mais nous avions envie de nous éloigner du « folklore » touristique (et des pièges à touristes) avec baptême du rhum surtout avec les enfants. Nous avons donc contacté Christian pour une sortie en catamaran (Ty domino) dans les fonds blancs. Au programme : îlet Madame et visite de l’îlet Chancel avec ses iguanes, baignade, kayak, déjeuner sur le bateau (tout est fait maison! les rillettes de poisson, le pain, le gratin…). Nous avons particulièrement apprécié cette journée : couleurs magnifiques, les enfants ont adoré se baigner dans ces eaux cristallines et découvrir les iguanes parmi les ruines de l’îlet Chancel.

6. Randonnée sur la presqu’île de la Caravelle

L’extrémité de la presqu’île de la Caravelle fait partie du Parc Naturel Régional de la Martinique : au programme, de jolies balades à faire tôt le matin sur la pointe de la Caravelle. Il existe plusieurs randonnées (grand tour et petit tour) qui permettent de découvrir la mangrove (avec ses nombreux crabes!) et de petites baies. On peut aussi visiter le Château Dubuc : il s’agit d’une habitation du XVIIIème siècle  (aujourd’hui en ruines…) ayant appartenu à de riches exploitants de canne à sucre qui se livraient à un trafic d’esclaves.

Nous avons aussi découvert Tartane, village de pêcheurs au fond d’une anse protégée par la barrière de corail.

7. La Savane des esclaves (Trois Ilets)

Une visite très intéressante qui permet de découvrir un village d’antan composé de petites cases traditionnelles réalisées en bois local. Ces dernières sont disséminées dans un parc riche en arbres fruitiers et donnent une idée du quotidien des esclaves. Il faut absolument faire la visite guidée (durée : 1h-1h15) car elle permet à la fois de comprendre, de manière très pédagogique, l’interprétation qui était faite du sinistre et horrible « code noir » à l’époque de l’esclavage et d’apprendre de nombreuses choses sur les plantes médicinales.

8. Les marchés (Petite Anse, Le Marin, Fort de France) et rhumeries

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPlanteur de la Martinique

De petites visites à ne pas manquer pour flâner : les marchés et les rhumeries. De notre côté, nous avons particulièrement apprécié la visite de la rhumerie Neisson (Le Carbet) et la dégustation du vieux rhum. Nous avons également flâné dans les marchés (indispensable pour se plonger dans l’ambiance martiniquaise – exotisme garanti -) : marché du Marin (marché agréable avec dégustation de pâtisseries locales), marché des Anses d’Arlet (petit marché typique avec pêcheurs et maraîcher)… Le marché de Fort de France vaut également le détour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marché de Petite Anse

 

 

Autres visites à faire si l’on a du temps (et de l’argent!) : l’habitation Clément (Le François), le zoo de la Martinique, Jardins de Balata, Musée de la Banane, excursion pour aller voir les dauphins.

Autres activités: Jet Ski aux Trois Ilets, location d’un bateau pour aller voir les dauphins et tortues, escapade à Sainte-Lucie ou à la Dominique pour deux jours.

Les + : 

Nous avons particulièrement apprécié l’accueil qui nous a été réservé de manière générale à la Martinique, le snorkeling et la plongée aux Anses d’Arlet, le farniente sur les plages paradisiaques de l’Anse Michel, les balades dans le Nord de l’île, la gastronomie notamment le poulet boukané et les acras. Ce que nous ferons lors d’un autre séjour en Martinique : plusieurs randonnées (Montagne Pelée et la cascade de l’Anse Couleuvre) et location d’un bateau pour une ou deux journée(s).

Les – (ce n’est que mon humble avis) :

Je m’attendais à trouver un grand musée sur Aimé Césaire (grosse déception pour la passionnée de littérature que je suis). Par ailleurs, trop de fruits importés à la Martinique : on profite peu des fruits locaux, c’est très décevant car d’autres îles parviennent à faire profiter les touristes des fruits exotiques à l’image de la Réunion ou des Seychelles. Peu de cocktails de fruits frais dans les restaurants (à plusieurs reprises, on m’a servi du jus de fruits multivitaminé en bouteille!).

Restaurants, bonnes adresses :

-« Ti Sable » (bonne adresse, concerts sympathiques), Grande Anse, Anses d’Arlet

-« Chez Evelyne », Grande Anse, Anses d’Arlet (les pieds dans l’eau, service très lent et long mais le cadre est superbe, menu langouste).

-« La Chaudière », Morne Rouge (meilleure expérience culinaire de notre séjour, très bon accueil, excellente cuisine créole, gentillesse de l’accueil et cadre sympathique avec terrasse qui donne sur un jardin).

-« Le Cocotier » (Anse Michel, Cap Chevalier) : déjeuner les pieds dans l’eau, tout est fait maison.


3 réflexions sur “Parfum exotique : mon invitation au voyage à la Martinique

  1. Bonjour. Un magnifique descriptif de ce voyage, on se croirait tellement dedans en lisant les mots et les phrases bien choisis par l’auteur. Bravo Myriam, et continue à nous faire rêver et à aider ceux et celles qui auront un jour l’occasion de visiter cet endroit.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s